Lombok, volcan rinjani

Me voilà donc arrivée en Indonésie pour retrouver ma soeur et son amoureux. Je suis pressée de les retrouver mais aussi un peu stressée je dois l’avouer. Première fois que je retrouve de la famille depuis 7 mois. Nous nous retrouvons à Jakarta pour partir directement à Lombok.

Je suis heureuse d’avoir de la compagnie pour voyager et je l’avoue de reparler français. J’ai fait beaucoup de progrès en anglais, je partais pas de bien haut en même temps, mais il y a des moments où ça ne me suffit pas pour exprimer tout ce dont j’ai envie.

Arrivés à lombok, on profite une journée de la plage. Je rigole avec les vendeurs sur la plage qui sont vraiment adorables. Je découvre la culture Indonésienne en même temps qu’eux bien que je commence à être habituée à l’Asie.

On se décide assez rapidement, le soir même, pour faire l’ascension du volcan Rinjani, 3 jours et 2 nuits. Nous partons donc de bon matin, alors que le premier appel de la mosquée résonne. J’aime ce son, il me rappelle qu’on est pas en France, que la culture ici est différente mais quand même temps on peut s’y sentir bien.

La montée du volcan est je dois le reconnaître une des plus difficiles que je n’ai jamais faite. Nous commençons par des plaines embrumées où apparaissent semblables à des spectres des ombres d’arbres.

img_4204_1

C’est très beau. Les nuages forment des ombres dans ces herbes hautes, leur donnant différentes teintes.

img_4061_1

C’est avec soulagement que nous faisons notre première pause repas. Nous faisons la connaissance de nos porteurs qui munient d’un grand bout avec un pannier à chaque extrémité portent tout notre équipement et nourriture. Le tout pèse plus de 50 kg, qu’ils passent d’une épaule à l’autre, tout en marchant en tong deux fois p!je vite que nous. Les voilà donc accaparés à cuisiner notre repas qui se révèle délicieux.

img_4065_1

Le tout accompagné d’une bonne portion de riz, on est en Asie ne l’oublions pas.

La fin de la journée se révèle beaucoup plus intense que le début. Ça finit par grimper sévère sur un sol assez instable. Le paysage est toujours magnifique mais on a un peu plus de mal à l’admirer avec le souffle coupé. C’est finalement quand on y croit plus, que nos jambes font des siennes, et que notre cerveau a pris le relais pour nous prouver qu’on est capable de le faire qu’on aperçoit la fin.

img_4082_1

La fin, une innombrable quantité de tentes, sur un tas assez impressionnant de déchets, ce que la photo ne montre pas. Je m’assois pour reprendre mon souffle, face à une couche de nuage, que me cachent ils ?

De temps en temps on voit apparaître la montagne en face, mais ce n’est que demain matin à l’aube qu’on découvrira vraiment la vue. On se couche tôt, le réveil sonnera à 3h pour commencer l’ascension et voir le levé du soleil à notre arrivée en haut.img_4101_1

Tout le monde s’active donc de bon matin, formant une ligne de petite lumière jusqu’au sommet.

img_4106_1La montée n’est pas simple, deux pas en avant un pas en arrière. On glisse, on s’encrasse dans la poussière, mais on ne lâche rien.

img_4103_1

On est pas encore arrivés en haut que le soleil commence à se lever. La montée nous semble interminable, les jambes tirent, parfois on recule plus qu’on avance. Je cale mes pas dans les traces déjà faites, je veux aller jusqu’en haut, je me lance en marche automatique, concentré sur chaque endroit où je place mes pieds pour glisser le mois possible.

img_4151_1

Enfin le sommet n’est pas loin, il remplit de monde, chacun de nous est heureux d’y être et la vue se révèle magnifique.

img_4159_1

On se rejoint tous, le visage rougit par le froid et la montée éprouvante. On admire et on doit bien se rendre à l’évidence maintenant il faut redescendre, 3 heures de montée pour 2 heures de descente, mais cette fois dans la lumière.

img_4197_1

img_4169_1

J’y vais doucement pour ne pas abîmer mon genou mal luné et j’en profite pour prendre le paysage.

img_4191_1

img_4174_1

Après avoir rejoint le camps, nous mangeons et repartons direction le lac. On pense parfois que la descente de tous facile que la montée, j’ai acquis la certitude que dans mon cas c’était l’inverse. Serrant les dents, veillant à chaque appui je descends admirant les vues du lac au passage. img_4194_1À la pause déjeuner on apprend que l’on a encore 3 heures à marcher. On est tous épuisé, les jambes lourdes, le soleil nous faisant somnolés, on décide de dormir près du lac et de profiter des souces chaudes non loin de là.

Arrivés sur place, elles sont une bénédiction. On peut enfin se laver ! La chaleur de l’eau nous détend on retrouve le sourire. Je n’ai malheureusement pas de photos des ses moments mon appareil n’ayant plus de batterie. 

Le soir on dort près du lac,dernière nuit en tente. On est pas mécontent de retrouver un peu de confort, mais on s’accorde tous à dire que c’était magnifique avec un petit bémol pour les déchets qui envahissent les espaces de camping et gâchent la nature.

img_4206_1

Pour notre dernière journée, c’est jungle ! Mais à pas de course, étant un peu en retard sur notre planning et devant nous rendre à Gili Air, notre guide à peur que nous manquions la navette. On suit donc les porteurs, qui descendent à grande allure pour rentrer chez eux. On aura moins le temps de profiter de l’ambiance de la jungle, mais on apprendra que descendre en courant et presque plus facile que descendre doucement.

img_4193_1

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s