Redang ile

Nous partons de bon matin avec Bakir, objectif : sable blanc, coraux, poissons multicolores, tente… Rien que ça ! Après un premier minibus, on prend un bus local, pour prendre un bateau. Là rien est sûr, apparemment le dernier bateau part à 3h, il est la demi.

Quand on arrive un jeune homme nous fait des grands signes, on saute de joie. Il y en a encore un. Notre joie retombe vite. Merci l’ascenseur émotionnelle ! Y a plus de bateaux, seulement des privés qui coûtent les yeux de la tête. Il faut attendre demain. J’ai pas envie de dormir ici, moi. La petite fille boudeuse que j’ai été réapparaît facilement ces derniers temps. Mais fini l’âge où je me roulais par terre pour avoir ce que je voulais, en avant pour une longue séance de négociation avec le sourire.

IMG_3868_1

On apprend qu’un bateau va rejoindre l’île où on veut aller plus tard dans la soirée. Il a été loué par quelqu’un qui arrive de Delhi. On essaye de négocier avec les gars de l’agence s’ils ne peuvent pas demandé à la personne de nous prendre en plus. On rit, on leur dit que si on a pas le bateau ce soir, on va être obligé de dormir sur place. On attend. À chaque bateau qui passe ou part, souvent des pêcheurs, on leur demande s’il ne va pas à pedang ile. Finalement, c’est Bakir qui nous trouve un bateau.

Et nous voilà embarqués sur un bateau avec deux pêcheurs qui ne parlent pas un mot d’anglais. Après un premier stop pour prendre de la glace, direction l’île. Je suis très contente de la solution trouvée, qui est bien mieux que les navettes traditionnelles. Là, on est au grand air, l’air marin ! Les iles se dessinent petit à petit à la surface. Des tâches noires puis plus précises. Le soleil nous éclaire sur notre gauche en diagonale. Ça transforme la surface de l’eau en un tapis de diamants qui scintillent. Les rayons du soleil se dessinent dans le ciel, transperçant les nuages. Je me laisse bercer par le mouvement du bateau sautant d’une vague à l’autre. Notre chemin croise celui d’autres bateaux qui semblent changer de en passant à travers les jets de lumière. Tableau parfait.

IMG_3875_1

Debout devant moi, le pêcheur se tient droit et fier, regard fixant l’horizon. Il cherche les bancs de poissons où il pourra poser son filet. Je ne vous en fais pas une description précise car je ne veux pas vous rendre jalouse, mesdames. Mais j’ajouterais juste que se tenait devant moi en short, et tee-shirt à trou, une musculature absolument parfaite. Plaisir pour mes yeux.

IMG_3881_1

Après une demi-heure de navigation, les deux pêcheurs nous pose sur l’île. La plage paradisiaque que m’avait vendu Bakir est certes magnifique mais surtout couverte tout le long par des hôtels qui semblent accueillir une cliente surtout chinoise. Ici, tout est inclu et se vend par package : chambre, repas, matériel et sorties de plongée, masque tubas encadré. Rien n’est laissé au hasard. Les gens semblent arrivés par groupe, et faire tout ensemble jusqu’à leur départ.

Pour nous, il est trop tard pour trouver un endroit tranquille où poser la tente. On décide de prendre une chambre pour la nuit, c’est pas facile de trouver juste une chambre, et à un prix abordable. On y arrive quand même, je pense que les gens de la réception nous on un peu pris pour des fous mais on a un endroit où dormir c’est le principal.

IMG_3870_1

Le lendemain après avoir loué masque et tuba, et laissé nos sacs à la réception, on emprunte un petit chemin dans la jungle, qui nous conduit cette fois-ci à une plage déserte. Ni une ni deux, me voilà dans l’eau. De l’extérieur tout semble calme et paisible, mais dans l’eau c’est un autre monde qui s’offre à moi. À peine 50 m de la place, des récifs. Ça bouge de partout, il y a de la vie. Des poissons de toutes les couleurs et de toutes les formes. Des poissons comme je n’en ai jamais vu. J’ai l’impression d’être dans le monde de Nemo. Je n’en crois pas mes yeux.

Je tente de faire le moins  de bruit et de mouvement possible, et suis leur déplacement. Tout les bruits sont ralentis et transformés par l’eau. On n’y voit pas bien loin. Je suis dans ma bulle, par ici, un gros poisson rose au contour vert. Là des tous petits bleus se font la course. Au détour d’un gros blanc de coraux blancs, je découvre un anemone rosée, je ne bouge plus. Et voilà, trois poissons clowns de différentes tailles qui s’amusent à rentrer et sortir. Je les regarde faire émerveillée. Un autre tout noir avec les lèvres jaunes apparait et les voilà qui disparaissent.

IMG_3866

Je passe d’un poisson à un autre. Mille et une couleurs. C’est calme et serein. Ils semblent tous jouer à cache cache. Soudain une ombre apparaît un peu plus loin à la surface. Une tortue ! Sa carapace fait facilement un mètre voir plus. Elle est accompagnée par un long poisson qui lui colle à la carapace. Je calque mes gestes sur les siens, et la suis. Toutes les 10 minutes, elle semble remonter à la surface. Elle est belle et majestueuse. Je suis comblée. Quand je sors enfin la tête de l’eau deux bonnes heures ont passées. En fait je n’en ai pas la moindre idée. Temps hors temps, temps sous marin.

IMG_3879_1

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s