Kuala Lumpur

J’arrive en Malaisie excitée comme une enfant, remplie de questions. Comment sont les gens ici ? À quoi, ils ressemblent ? Que mangent-ils ? Quels sont leurs petites habitudes ? Les paysages sont-ils verts ? Quel est l’état de leurs routes ? Comment sonne leur langue ? Comment se déplacent-ils ? Quel est le nom de la monnaie locale ?
Bref c’est un tout autre état d’esprit que mon arrivée au Népal et je m’en réjouie. Mon entrée à l’aéroport est déjà assez comique. Je suis étonnée, tout est propre, grand, neuf, moderne, j’accompagne chacun de mes pas par un grand ouaaah ! À l’immigration, je m’approche tout sourire avec un grand « Namaste », la dame du guichet me répond « hello ». Ah oui, ici il n’y a plus de Namaste, il va falloir que je m’y fasse après 6 mois à dire Namaste, j’en avais bien pris l’habitude. Un tampon de plus sur mon passeport,  »danyabad ». Ah oui, ils disent pas ça non plus ici pour dire merci. Et bien ça commence fort. 

Le premier bagage à sortir de l’avion sur le fameux tapis roulant est le mien, bon signe, me dis-je. C’est parti pour de nouvelles aventures dans le pays d’Anny !

IMG_3569_1

Après une nuit à l’aéroport, je décolle le matin, l’achat du billet de bus pour rejoindre Kuala Lumpur est assez drôle à nouveau. Des voyageurs m’avaient conseillé à kathmandu d’aller dans le quartier de China town, quand j’arrive au guichet, je demande donc à m’y diriger. La femme me demande 3 fois où je vais, et 3 fois je lui réponds China town. Jusqu’à ce qu’elle finisse par me demander, quel hôtel vous avez réservé, il y a plusieurs arrêts de bus à china town. Et là, je crois que je l’ai vraiment surprise en lui disant, que je n’ai rien réservé, que je regarderais en arrivant sur place. Silence. Je continue donner moi unn tiquer de bus pour une place centrale dans china town, je trouverais bien. Elle semble raconter mon histoire à sa collègue, elles me regardent toutes deux avec des yeux de merlan frit, pour reprendre une expression bien connue dans le sud.

Arrivée enfin au bus, c’est le même chose.  »Où allez vous ? China town ? Oui mais où ? Je sais pas, regarde mon billet ? Oui mais quel hôtel ? Je sais pas ? Vous avez rien réservé ? Bah non ? » Bon, j’me dis que je vais changer de technique vu que ma pratique du voyage, ne semble pas être la plus courante. Je finis par leur demander, s’ils connaissent une guesthouse pas cher. Tous les collègues se ramènent. Je finis par leur expliquer mon voyage. Voyager le moins cher possible, avec le moins possible, en profitant le plus, au jour le jour, en suivant mes envies. Je les ai cloué sur place. Et moi, j’me dis que décidément mon voyage ici va être drôle !

IMG_3669_1

Dans le bus, je suis époustouflée. Les sièges sont immenses, on pourrait loger deux indiens sur chaque, la climatisation tourné à plein pot, les routes sont propres, construites jusqu’au bout, sans trou, lisses. Je m’endors en 5 minutes.

IMG_3550_1

Finalement, je trouve une guesthouse très facilement. Les gens ont l’air très gentils ici. Je partage mon dortoir avec une malaisienne, Nur, qui me rappelle le prénom marocain que j’avais trouvé si joli à l’époque. Elle est dynamique et souriante, appelle tout le monde Honey ou Sweet heart. Elle me propose de m’emmener manger dans un petit restaurant malay et de me faire visiter china town. Chouette !

IMG_3580_1

Ici, la base de la nourriture est composé de riz blanc, accompagné de plusieurs types de légumes, de toute une variété de poissons grillés, et de viande en sauce. Je choisis de rester sur du végétarien, le poisson ayant une odeur qui ne me plait pas, et n’ayant pas manger de viande depuis plus de six mois. Je suis contente de voir qu’ils ont pleins de variétés différentes de légumes inconnus et de la sauce soja ce qui égayent tout de suite le riz blanc. Je me fais un plaisir de manger avec les mains, enfin la droite, ce qui semble être une pratique locale également.

IMG_3579_1

China town, se révèle être le quartier chinois comme son nom l’indique mais aussi un grand marché où l’on peut trouver toutes sortes de sacs, vêtements, chaussures, lunettes. Nue me montre un panneau écrit en malay où il est stipulé qu’aucun article de contrefaçon n’est autorisé à être vendu ici, elle rit, bien-sûr personne ne le fait …

Les jours suivants, je jouerais à la touriste en allant visité la ville sur les conseils de Nur, qui me rejoindra pour manger tous les soirs. Je découvre le musée national qui outre la création du monde, m’apprendra beaucoup sur la Malaisie. J’apprends ainsi que le peuple malay est un mix entre le peuple originaire, les malays, et les indiens et les chinois. On retrouve donc ces trois cultures plus ou moins mélangées dans chacune des villes. Les malaisiens d’origine étant principalement musulmans, je retrouve le chants des mosquées dès mon arrivée. Les malaisiens d’origine indienne sont hindous et ceux d’origine chinoise, bouddhiste. Le tout forme donc un mélange de cultures et de religions très intéressant et qui se côtoient bien.

IMG_3622_1

IMG_3629_1

Un jour, Nur me demande si j’aime la piscine. Je m’exclame un peu oui ! Elle m’emmène alors sur le toit terrasse d’un grand hôtel, où l’on peut avoir accès à la piscine gratuitement. La vue est folle, il n’y a quasiment personne. On profite. On y reviendra une deuxième fois avant que je parte avec un ami à qui J’apprendrais à nager.

IMG_3656_1

Je profite des lumières du soir. C’est beau une ville la nuit !

IMG_3687_1

IMG_3673_1

Je continue mes promenades au milieu de cette ville moderne, où les immeubles se côtoient essayant de toucher les nuages.Je prends le métro dont la clim est poussée à fond, me perd dans les lignes de bus à mon plus grand plaisir, car ça me fait économiser des pas en parcourant plus de distance. J’ai l’impression de revenir à une vie de technologies, que j’avais quitté en Inde et au Népal. L’effet est étrange mais je m’y fait.

Nur connaissant tous les bons plans de la ville, elle me propose un soir, de l’accompagner dans un bar espagnol proposant l’alcool gratuit pour les filles de 20h à 23h.

IMG-20160723-WA0002

Ni une ni deux, me voilà à savourer un verre de vin rouge espagnol, ma foie pas mauvais quand je n’ai bu qu’une fois ou deux du vin indien en six mois.

Je découvre d’autres marchés. Je discute avec les habitants, qui sont tous très gentils. Dans le marché centrale, je passe un bout de temps à admirer leurs spectaculaires cerf-volants, masques…

IMG_3572_1

IMG_3574_1

Un soir alors que nous rentrons après avoir manger, en face du marché, nous assistons à une représentation de danses. Un homme chante des chansons traditionnelles que Nur fredonne.

IMG_3717_1

À côté de la scène, j’aperçois un présentoir rempli de déguisements, j’entraîne Nur avec moi, qui se fait plaisir à me déguiser. Je joue le jeu, morte de rire. Quoi qu’il en soit, ça fait de jolies photos et donc de jolis souvenirs.

IMG_3736_1

Après 4 jours, je commence à en avoir un peu marre de la ville, et il me semble avoir fait le tour de ce qui pouvait m’intéresser, je reprend la route !

IMG_3722_1Namaste !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s