Jaipur

J’arrive aux alentours d’une heure dans la gare de Jaipur. Elle est bondée… je me fraye un chemin au milieu de la foule, mais comme à leur habitude les rickshaws ont vite fait de me remarquer. Je me débarrasse de plusieurs mais un continu à me suivre. J’avais repéré mon chemin pour une guest house que m’avait conseillé Céline, mais il semble que j’avais sous estimé la taille de la ville. Je finis par accepter la proposition d’Ali le conducteur, et me voilà partie à la recherche d’une auberge. Après plusieurs essais, je finis par trouver un dortoir (première fois que j’en vois un en inde) à un prix qui me convient. L’auberge est sympa, avec partout des touches artistiques ce qui me plaisent bien.

received_10208821220509153 L’après midi Ali me conduit visiter la ville, j’avoue que je suis un peu perdue est assez fatiguée. La ville me semble assez dure à comprendre et la circulation est surréaliste. Ali m’emmène visiter le cimetière du Maharaja de Jaipur. L’endroit est loin des cimetière dont on a l’habitude. Il est composé de multiples dômes de toutes tailles représentants les tombes. Elles sont toutes en marbre beige, certains ont été importés d’Italie.

Jpeg

Jpeg

Jpeg

Nous partons ensuite un peu sur les hauteurs où j’essaye de monter les marches des remparts pour avoir une vue sur la ville.

Mes jambes me font vote comprendre que c’est soit une sieste soit une après midi tranquille. On continue donc plus tranquillement, direction le palais dans l’eau. Il a était construit avec le lac qui l’entoure pour la lune de miel du Maharaja, on comprend pourquoi, c’est drôlement beau.

IMG_2511_1

Ali me propose ensuite de me conduire ensuite à la boutique de sa famille pour noire du chai. Très vite, ils me montrent la multitudes de sari que possède leur boutique. Je finis par en essayer quelques uns au grand bonheur de tous les cousins qui me trouvent bien plus jolie comme ça.

received_10208819662310199

De retour à la guest house, je fais connaissance avec un couple de français. Encore une fois, j’ai l’impression d’être une vieille voyageuse chevronnée. Racontant mes histoires et leur donnant des conseils sur l’Inde. Je discute ensuite avec Mizio, un italien ayant vécu pendant 7 ans à Goa. Je l’apprécie rapidement, il a le coeur sur la main, et une nombre d’histoires sans queue ni tête à raconter.

IMG_2479_1

Après une longue discussion où je n’aurais bien qu’à hocher la tête, je l’abandonne pour rejoindre mon lit. On se donne rendez vous le lendemain matin pour découvrir la ville.

IMG_2449_1
Mon réveil se fait assez tardif, les lits du dortoir étaient extrêmement confortables, l’endroit frais, sombre et silencieux. J’émerge à 10h, sur le toit terrasse et fais connaissance avec la bande de copains qui gèrent l’auberge.
Comme vous avez pu le remarquez il est rare que je fasse de la pub mais si je peux vous conseiller une guest house à Jaipur c’est Hotroi Palace. Se joigne à la joyeuse équipe, un de leur ami d’enfance qui vit en France depuis un an, il séjourne à la guest house pour 3 semaines avec sa femme et son bébé, et un de leur ami qui à fait du restaurant son nouveau bureau. Ils passent leur journée à rire et à discuter.
Mizio se réveillera à 11h, la chaleur étant déjà insupportable, on reporte la visite au lendemain. Au fil des discussions, je leur propose de leur fabriquer un nouveau menu plus artistique que celui qu’ils ont. Ils me font passer plusieurs entretiens, on négocie les prix, j’en pleure de rire. La question du matériel se pose, et encore une fois c’est à grand coup de fou rire qu’ils décident qui aura le courage de se lever pour acheter du papier. En fin de journée enfin, on y va et mon travail peut commencer.

IMG_2410_1IMG_2411_1IMG_2414_1

Et voila le résultat final !

IMG_2420_1received_1157921937559824

Je partagerais les journées suivantes à discuter avec la joyeuse bande, dessiner, coller, et de temps quitter la guest house… je ne peux pas vraiment dire que j’ai vraiment visiter Jaipur à part deux après midi supplémentaires où je sillonnerais les rues du centre en compagnie de Mizio, et un autre jour en compagnie d’Ali. Le fort bien différent de celui de jodhpur est un vrai l’abyrinthe maid cache de jolis trésors.

IMG_2470_1

IMG_2503_1

IMG_2501_1

Je découvre le fort de la ville dite soit disant rose. En marchant dans les rues des bazars je ne peux m’empêcher de penser que mon coeur restera toujours pour la ville rose française, ma bien aimée Toulouse.

IMG_2486_1

IMG_2495_1

Un soir Sanjee se moquant de nous à rester dans la guest house, il nous propose d’aller voir le coucher de soleil depuis le fort hotroi d’où il est originaire. Je regrette de ne pas avoir pris mon appareil photo car l’endroit était vraiment magnifique. Dans cette ville qu’est Jaipur, où les voitures ne semblent jamais s’arrêter, il existe un temps hors temps. Comme un petit village qu’on aurait oublié au milieu de toute cette civilisation. Une famille vit au milieu d’un fort, les maisons ont été construites en utilisant les murs du fort. Tout le monde se connait, ils nous accueillent avec De grands sourires. L’endroit est calme, est semble être resté dans une autre époque. Nous sommes tous étonnés par cet endroit, et nous laissons gagner par la poésie du fort.

IMG_2468_1

Je découvre les rues la ville dite soit disant rose. En marchant dans les rues des bazars je ne peux m’empêcher de penser que mon coeur restera toujours pour la ville rose française, ma bien aimée Toulouse.Après longues réflexions, qui n’ont pas été facilitées par les garçons leur choix étant que je reste avec eux, je finis par me décider à aller directement à rishikesh. J’avais longtemps hésité entre Agra ou Delhi, l’une étant juste pour voir le taj mahal mais la ville manquant Vraiment d’intérêt et l’autre pour rejoindre Alex rencontré à jodhpur et Pierre avec qui j’avais passé 3 jours à Hampi, mais la ville étant trop grosse pour moi. Je réserve mon billet de bus et direction Rishikesh.

IMG_2427_1

Je pense que quitter Jaipur et prendre mon bus n’a jamais été si compliqué depuis le début de mon voyage. La gare des bus, ressemblent à une rue bondée de bus et bien entendu d’indiens. Ils semblent tous me regarder du coin de l’oeil. Ce qui me gène pas d’habitude me met un peu mal à l’aise dans cet endroit pas vraiment rassurant. J’ai du mal à savoir quand mon bus arrive exactement, aucun ne parle vraiment anglais. Et puis en deux secondes, j’en entends crier rishikesh, j’essaye de le suivre pour m’assurer que c’est bien cette ville qu’il crie. Impossible de le retrouver, je demande aux gens autour de moi, un adolescent me montre un bus du doigt, qui passe sans s’arrêter. Je lui fais répéter il me dit oui, me dit de me suivre, on demande à plusieurs personnes, toutes semblent dire que le bus est déjà passé. L’adolescent semble pourtant rester très calme, tant dis que je commence à bouillonner intérieurement. On retourne à l’endroit où nous étions initialement, il demande à l’homme qui semble gérer les bus celui là, lui fait signer d’attendre. Il a beau rester très calme, je commence à discerner les expressions de leurs visages et vois bien qu’il y a quelques choses qui clochent. Après dix minutes, l’autre commence à s’agiter, téléphone à droite et a gauche, interpelle plusieurs personnes. Je garde mon calme en me disant que si vraiment je l’ai raté je n’ai qu’à prendre un taxi et rentrer directement à la guest house. 10 Minutes ou en tout cas, le temps me paraît vraiment long, un homme arrive cri Rishikesh, demande dans la foule qui va à Rishikesh.

L’adolescent me fait signe, nous suivons l’homme au milieu des bus, je suis contente que le petit jeune soit là. On parcourt la gare des bus à pas de course, pour finir par trouver le dernier bus qui attend de partir pour Rishikesh. Je monte soulagé, et souri intérieurement, il y a toujours, des chemins un peu détournés pour arriver au bout des choses. Le bus ne partira finalement qu’une demi heure après. Pendant ce temps là plusieurs voitures arrivent déchargeant d’énormes paquets que les hommes montent directement sur le toit du bus. Merci India pour toujours plus d’aventures, je prends le temps de les observer, savourant un mélange de snacks que j’aime tant.

Dans le compartiment couchette en face de moi il y a une vieille femme qui me regarde avec douceur, je lui propose de partager avec moi le reste de snacks que j’ai, elle dodeline de la tête à la mode indienne. Je lui souri. Je dormirais comme une bébé cette nuit là, il faut dire que dormir dans un bus ne m’a jamais posé de soucis. Je me réveille seulement quand celui ci s’arrête, le reste du temps, les mouvements de la route me berçant.

IMG_2393_1

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s