Udaipur

Depuis Kochi je prends le train direction Pune. 30h de train, le trajet est un peu long mais se déroule tranquillement. Les wagons ne sont pas bondés ce qui nous laisse de la place dans la journée. Je suis avec deux monsieurs et un jeune de mon âge qui parle un peu anglais. Nous discutons un peu et durant les 30h du voyage, il veuillera sur moi du coin de l’oeil, surveillant mon sac quand je pars aux toilettes, partageant sa nourriture quand il en achète.

Arrivée à Pune, tôt le matin, j’ai du mal à trouver une chambre à prix raisonnable. Je finis par dénicher une maison appartenant un monsieur très gentil. Je m’y installe, quelques minutes après il vient frappé pour savoir si il ne me manque rien. Nous discutons un peu, il a un regard bienveillant qui met en confiance. À la fin de la discussion, il prend ma main droite entre ces deux mains et ferme les yeux. Ce geste aurait peu me surprendre au début mais je le laisse faire, il pèse mon énergie. Quand il rouvre les yeux en me relachant la main, il me souri et me dit que mon côté gauche est contracté. Je sourie, j’ai mal au dos depuis deux jours du côté gauche…

Je me promène dans la ville pendant des heures ce jour là. Jusqu’à ce que mes jambes aient du mal à me porter. Je passe d’un quartier, celui où je réside pour une nuit, composé de gigantesques maisons, au quartier de la gare, qui grouillent, pour finir dans un quartier plus pauvre, mais tout aussi sympathique. Point de photos pour cette ville, l’appareil étant resté dans la chambre.

Le lendemain je prends un sleeper bus direction Udaipur.J’y arrive à 13h au lieu de 7h. Relativement fatiguée par les voyages successifs en train et en bus. Le rikshaw que je prends est très sympa, est je sens que la ville va me plaire. Après avoir fait le tour de plusieurs hôtels j’en trouve un à prix raisonnable. Le garçon de la réception est tout sourire et on se met vite à discuter. Sans le même hôtel réside une française et une canadienne qui sont là depuis plus de 4 mois. L’ambiance est détendue et tout est sujet aux blagues.

IMG_1975_1

IMG_1985_1

Après avoir poser mon sac, je pars à la découverte de la ville comme à mon habitude. Il ne me faut pas beaucoup de temps pour m’arrêter pour discuter. Il s’appelle Àjn, il peint des tableaux. Je passe l’après midi avec lui. On discute de tout est de rien comme de vieux amis jusqu’à ce qu’on se rende compte que la nuit est tombée. De retour, à l’auberge, je sourie, les moments où j’apprends le plus sont de loin ces rencontres inattendues. On se connaît depuis deux minutes, 1 heure ou 3 jours, me le temps d’un instant, on se rencontre qu’on est pas bien différent l’un de l’autre. On utilise le mot connexion, feeling. Il y a un peu de ça, des petits atomes crochus ça et là. En voyage, il se révèlent d’autant plus, car on sait que c’est pour un temps donné. Alors on profite du moment présent, on partage ce qu’on peut partager et on reçoit ce qu’on nous offre. On parle de tout, d’amour, de religion, de tradition, de façon de vivre, de façon d’être. Ces rencontres cadeau du hasard, du destin, sont mes plus beaux souvenirs…

IMG_1983_1

IMG_1962_1

Le jour d’après, je remets ma promenade qui a été écourté hier. Je m’arrête à deux ou trois shops entre temps, discute, me fait offrir des chai. Je sors de la rue principale et d’un quartier touristique pour essayer de découvrir le vrai visage d’Udaipur. Au détour d’une rue, un monsieur en mobylette, m’interpelle en français. Je suis un peu étonnée, on discute, il m’offre un chai. À nouveau, une grande discussion commence cette fois-ci elle est essentiellement tournée sur moi. Yusuf prend mes mains ferme les yeux. L’énergie encore une fois, bien loin de nos coutumes françaises. Après quelques minutes, il rouvre les yeux et commence à parler. Il récite alors ma vie comme s’il me connaissait depuis toujours. Il m’explique doucement, ce que je suis venue chercher en Inde. Mes larmes se mettent à couler en silence, il me regarde pleins de douceur et me murmure « c’est pas facile pour toi mais tu es sur le bon chemin »

IMG_1960_1

IMG_1958_1

Tout l’après midi, nous discuterons, je passerais du rire aux larmes sans discontinue. Il me parlera de chakras, de larmes, de vie antérieures, de douleurs enfouies, et des actions que j’ai entrepris pour être heureuse. Je réalise beaucoup de choses ce jour là, et fini épuisée. Je le quitte après qu’il met promulgué deux ou trois derniers conseils. De retour à l’hôtel dans l’après midi, je me penche sur mon carnet pour m’être au clair mes pensées.

IMG_1956_1

IMG_1957_1

Incredible India. Tout est si différent de chez nous, je garde du recul, mais je suis bien de reconnaître que certaines choses me font voir le monde différemment et pour mon bien.

IMG_1980_1

Le jour suivant, je quitte Udaipur à 6h du matin pour rejoindre Pushkar. Je n’aurais pas visiter toute la ville et ces monuments mais j’ai conscience d’avoir franchie une étape de plus ici. Mon sourire en est encore plus grand et il se ressent à l’intérieur…

IMG_1982_1

Publicités

Une réflexion sur “Udaipur

  1. la quete de soi est un parcours que peu de personne font. Je te souhaite d’y parvenir! Continue tu es vraiment sur le bon chemin! Merci encore une fois de nous faire partager ton aventure! je prends beaucoup de plaisir à te lire et voyager avec toi! Bonne route! je t’embrasse

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s